Les métiers de la Data : Trader

Peu importe d’où vous venez, j’imagine que vous avez déjà entendu ce mot : trader. Le monde du cinéma adore en parler. Mais qu’en est-il réellement de ce métier ? Au-delà des clichés, nous allons prendre dans cet article le temps de reposer les bases et de vous introduire le métier de trader.

Une courte histoire du trading

On peut commencer par le forum Romain qui étaient des places de marché, qui était peu réglementé. C’est ce qu’on appelle le “trading à la criée”. Toujours sous la Rome Antique, le commerce de gros est apparu, avec des intermédiaires, négociant les prix aux paysans pour ensuite pouvoir les revendre en ville.

La première société par actions est apparue en 1250, cette société a pour nom “Les moulins du Bazacle”. Des meuniers possédaient des coupons anonymes qu’ils pouvaient échanger à prix libre. La bourgeoisie a d’ailleurs repris la main dessus en rachetant petit à petit les parts. 

La bourse d’Amsterdam a été créée au XVIIème siècle. La compagnie des Indes Orientales Néerlandaise en a été la première société cotée.

Aujourd’hui, quasiment tout est sujet au trading : Actions d’entreprises, énergie, matières premières et même.. le CO !

Quel est le rôle d’un trader ?

Le trader agit pour le compte d’une banque ou d’un fonds d’investissement. Son objectif principal est de réaliser des profits, généralement à court terme. Il va donc acheter et vendre des titres dont le prix parait intéressant pour essayer d’en faire une plus-value. On appelle cela prendre une position.

Il opère dans des salles de marché. Ses opérations sont ensuite validées par le middle-office et le back-office.

Quelles sont les compétences d’un trader ? 

Le trader doit avoir de nombreuses compétences dont parmi elles : 

  • Gestion du stress : Le trading est un métier stressant. Le trader doit réagir en permanence aux informations qu’il reçoit. Une minute trop tard et le bon coup est passé. 
  • Capacité d’analyse : Le trader doit être capable d’analyser toutes les données qu’on lui donne pour prendre les décisions qui lui permettront de gagner de l’argent 
  • Gestion du risque : Il doit savoir prendre des risques... mais de manière mesurée. En prendre suffisamment pour espérer retirer des gains substantiels tout en ne prenant pas de risques démesurés pour éviter des pertes importantes. Les banques et fonds d’investissement suivent des indicateurs permettant de mesurer leurs risques pour éviter les déconvenues. 
  • Gestion économie : Il semble évident qu’un trader doit avoir de bonnes bases en économie
  • Anglais : Le trader travaille dans un contexte international, souvent avec les bourses de différents pays. Plus que dans d’autres métiers, l’anglais est essentiel pour que le trader puisse travailler au maximum de ses compétences
  • Mathématiques et data : Le trader connaît de nombreux modèles mathématiques lui permettant de comprendre et analyser les cours de bourse sur lesquels il travaille. Il doit d’ailleurs les maîtriser à la perfection pour ne pas hésiter lors de prises de décisions qui s’avèrent stressantes. Les mathématiques doivent donc être la troisième langue du trader, après sa langue maternelle et l’anglais. 
  • Il doit aussi maîtriser l’outil informatique à la perfection, pour ne pas entraver sa prise de décision.

Et la data dans tout ça ?

Le Big Data permet aux traders d’être accompagnés pour traiter beaucoup plus d’informations que précédemment. Accompagnés par les quants, les traders ont à leur disposition des modèles prédictifs qui vont apporter de la conviction à leur intuition. On va pouvoir aussi augmenter la quantité de données avec des données externes : situation politique, macroéconomique, …

Les capacités de traitement font aussi que les traders peuvent avoir très rapidement des retours sur leurs actions. L’algorithme sera alors plus rapide pour prendre les décisions, basées sur des règles de divers niveaux de complexité.

Quelles sont les perspectives d’évolution du trader ?

Ses perspectives sont assez diverses. Il peut se spécialiser de diverses manières : pays / continent, sur divers types de produits : matières premières, énergie, devises, actions. Il peut aussi aller sur d’autres métiers de la finance : gestionnaire de portefeuille ou analyste financier par exemple.

Plus d'articles du même genre ◆◆

Inscris-toi à notre newsletter

Je veux connaître l'actualité de l'école ◆◆

Nous avons bien reçu vos informations !
Vous voilà inscrit à notre newsletter !
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Let's meet ◆◆

Tu veux en savoir plus sur ALBERT SCHOOL ? L'équipe est dispo pour répondre à toutes tes questions.

Nous avons bien reçu vos informations !
Nous vous recontacterons très vite.
Oops! Something went wrong while submitting the form.